1952 : Yves Le Bleis est le maire
de la commune.

Les évènements de la commune en cette année 19852

cliquez ici Combrit en 1952

Conseil du 2 février.

Maintien du service de cars de Romain Cariou.

Le maire donne lecture d'une lettre de M. Romain Cariou, par laquelle ce dernier lui fait savoir que le service de cars effectué depuis le 1er janvier 1952, desservant Sainte Marine directement sur Quimper, fait l'objet d'une réclamation tendant à supprimer ce service, de la part de l'entreprise Le Moigne de Bénodet.

Le conseil après avoir délibéré, considérant que le service de Monsieur Cariou rend les plus grands services aux usagers de Sainte Marine, particulièrement aux poissonniers se rendant aux halles de Quimper, leur évitant les passages en rivière par tous les temps, que d'autre part, les hôteliers et la population intéressés au tourisme local, trouvent dans ces services le plus grand intérêt en saison touristique évitant aux estivants des laborieux transbordements de bagages.

Décide à l'unanimité de voter pour le maintien définitif du service de cars qui a débuté le 1er janvier 1952.

Salaire du remonteur de l'horloge.

Le conseil décide de porter le traitement du remonteur de l'horloge de 3.000 à 4.000 francs par an, étant donné qu'il faut remonter l'horloge deux fois par jour en raison de la vétusté de l'horloge.

Conseil du 23 mars.

Délimitation des communes de Combrit et de l'Ile Tudy.

Le maire expose au conseil, que jusqu'à présent il n'existait qu'une délimitation hypothétique entre les territoires des communes de Combrit et de l'Ile Tudy; pendant plus d'un siècle, les municipalités successives de ces deux communes ont essayé vainement de régulariser cette situation anormale, mais tous les efforts de conciliation n'ont jamais abouti à aucun résultat positif.

Afin de mettre un terme à cet état de chose, il a été reconnu par les municipalités des deux communes et l'autorité de tutelle la nécessité absolue de trancher définitivement cette question de délimitation.

A cet effet au cours d'une réunion provoquée par l'autorité préfectorale et tenue à la mairie de l'Ile Tudy le 14 février 1952, sous la présidence de monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture du Finistère assisté de monsieur Tréguer, chef de division et de messieurs les ingénieurs du Cadastre et des Ponts et Chaussées, les parties en cause sont tombées d'accord, après des explications et protestations véhémentes, pour fixer définitivement cette délimitation comme suit:

Les communes de Combrit et de l'Ile Tudy seront désormais délimitées au levant, en ligne droite, par les terres dépendant de la ferme de Beg ar Fry; au nord par le ruisseau venant au Treustel Coz et qui passant sous la route départementale 144, continue son cours à travers l'étang de monsieur Morizoo de Quimper, pour aboutir aux vannes d'écoulement de ses eaux, dans l'anse de Pouldon ; telle au surplus, que cette délimitation figure au plan dressé par monsieur l'Ingénieur du Cadastre et dont les mairies de Combrit et de l'Ile Tudy, conserveront chacun, un exemplaire dans leurs archives.

Ouï cet exposé, le conseil municipal vote et accepte la délimitation de Combrit et de l'Ile Tudy, comme il vient d'être indiqué en l'exposé qui précède sous réserve expresse :

1° - que la commune de l'Ile Tudy prenne exclusivement à sa charge, à compter du 1er janvier 1953 , le reliquat des annuités restant dues de l'emprunt de 65.000 francs contracté en 1946 pour 10 ans sur particulier, par la commune de Combrit pour financer les travaux de réfection du chemin vicinal du Téven qui se trouvera désormais englobé dans le territoire de l'Ile Tudy.

2° - Et que la dite commune ne porte à l'avenir aucune entrave à l'égard des usagers du Téven, pour déposer leurs goemons ou amendements marins sur les emplacements dont ils se servaient jusqu'à présent.

Conseil du 21 juin 1952.

Délimitation des communes de Combrit et de l'Ile Tudy

Le maire donne lecture d'une lettre de monsieur le Préfet en date du 21 mai 1952 par laquelle monsieur le Préfet fait savoir que la commune de l'Ile Tudy n'a pas accepté les réserves faites par le conseil municipal de Combrit dans sa séance du 23 mars 1952 au sujet de la délimitation des communes de Combrit et de l'Ile Tudy. Le conseil, ouï l'exposé du maire, et après avoir délibéré, décide de renoncer aux réserves faites dans la séance du 23 mars 1952 et de reconnaître la délimitation des communes de Combrit et de l'Ile Tudy telle qu'il en avait été décidé au cours de la réunion du 14 février 1952 à la mairie de l'Ile Tudy.

Château de Versailles.

Le conseil vote une somme de 2.000 francs comme subvention au comité chargé de la sauvegarde de ce château.

Conseil du 14 décembre.

Remplacement de la vieille horloge par une horloge automatique.

Le conseil décide à l'unanimité l'achat d'une horloge automatique pour remplacer la vieille horloge actuelle qui, à chaque instant ne fonctionne pas (sic), et dont la réparation coûterait fort cher. Le conseil demande à monsieur le maire de vouloir bien faire le nécessaire pour l'achat et l'installation d'une horloge automatique aussitôt que possible et décide de prévoir au budget de 1953 la somme de 250.000 francs pour régler la dépense.

Elargissement et rectification du chemin vicinal n° 3 annexe et construction d'une route nouvelle autour de la Pointe de Sainte Marine.

Le maire donne lecture à messieurs les conseillers municipaux d'une lettre de monsieur Boyer du Sémaphore de Combrit, par laquelle monsieur Boyer fait savoir qu'il a adressé à monsieur le Préfet une note de protestation contre le projet de rectification du chemin vicinal n° 3 annexe et de construction d'une nouvelle route autour de la Pointe de Sainte Marine.

Le conseil rejette cette note de protestation et déclare qu'elle n'est nullement fondée et que les motifs invoqués pour la non réalisation du dit projet sont, on ne peut plus inexacts.

Les pétitionnaires reconnaissent que la chaussée de ce chemin est en mauvais état mais estiment que la largeur en est suffisante puisqu'il est exceptionnel que deux voitures se croisent sur ce chemin. C'est justement à cause de l'étroitesse de cette route et parce qu'elle n'est pas praticable que les automobilistes évitent de s'y perdre.

Quant à l'itinéraire prévu par le tracé de la nouvelle route de la pointe, il n'emprunte guère des terrains au-dessus de grottes (ces grottes sont purement imaginaires d'ailleurs) ni les rochers qui s'éboulent, la casemate allemande resterait aussi en dehors du tracé.

La création de ce nouveau chemin a un intérêt primordial pour les habitants de Sainte Marine, l'accès de la Pointe leur est pour ainsi dire interdit, les terrains de l'ancien fort étant limités par des barrages jusque dans la mer, le chemin des douaniers n'est pas toujours respecté.

Le conseil estime que les habitants de Combrit qui vivent toute l'année en ces lieux sont à même de juger mieux que quiconque ce qui est nécessaire au développement du pays et aux besoins de la population indigène. Le conseil constate que certains propriétaires riverains de la route n° 3 annexe sont tentés de croire que ce chemin vicinal leur appartient en particulier et qu'ils s'avisent même d'empiéter sur le domaine public pour en faire leur domaine privé.

En résumé, le conseil constate que quelques familles ayant leurs résidences secondaires en bordure de la route n° 3 annexe veulent faire passer leurs intérêts particuliers avant l'intérêt général, ce que le conseil ne peut admettre, en conséquence maintient les termes de sa délibération en date du 2 février 1952. (approbation du projet du service des Ponts et Chaussées).

 

Notre siège social : Kilien 29120 - COMBRIT Tel : 02.98.56.45.00
e-mail : arbannour@free.fr webmaster : alain.breut@laposte.net